Jean Ier, l’enfant qui régna cinq jours

Gisant de Jean Ier le Posthume (1316-1316).
Gisant de Jean Ier le Posthume (1316-1316).

Le 15 novembre 1316, la reine Clémence de Hongrie met au monde un fils. Jean, premier du nom, représente l’espoir de tout un peuple ; il est roi, déjà, son père, Louis X le Hutin, étant décédé six mois auparavant. Le règne de l’enfant-roi sera cependant fort court : cinq jours, cinq jours au terme desquels il sera retrouvé mort dans son berceau. Pour la première fois depuis l’avènement d’Hugues Capet, la succession père-fils est interrompue. Le royaume se remettra vite de cet événement, l’oncle du petit Jean, Philippe le Long, prenant alors la couronne après avoir déterré et invoqué une ancienne loi franque, la loi salique. De fait, l’histoire de Jean Ier n’aura guère marqué les esprits… sur le moment. Trente ans plus tard, elle devait reprendre vie en la personne de Giannino Guccio, un Siennois qui, en 1346, se présente devant le roi de France, alors Jean II –l’histoire a de ces hasards-, prétendant être l’enfant défunt. D’après Giannino Guccio, deux grands seigneurs de l’entourage royal, craignant pour la vie de l’enfant, l’aurait échangé contre le bébé de sa nourrice, une certaine Marie de Carsi. Un acte qui devait sauver le petit roi, empoisonné, toujours selon Giannino, par la redoutable Mahaut, comtesse d’Artois. Le Siennois n’aurait lui-même appris sa véritable identité que grâce au récit du confesseur de Marie de Carsi.