L’aventure des Tudor

Gisant d'Edmund, fils d'Owen Tudor.
Gisant d’Edmund, fils d’Owen Tudor.

C’est un aventurier d’origine galloise qui, au XVe siècle, devait faire la fortune de l’ancienne famille des Tudor -elle est mentionnée pour la première fois en 1232. Owen Tudor, car tel est son nom, devra tout à son sens de l’à propos et, sans aucun doute, à son charme personnel. Amant de Catherine de Valois, mariée à Henri V de Lancastre, il allait finir par épouser la trop jeune veuve, mère du souverain, en 1429. Evidemment partisan de la maison de Lancastre lors de la guerre des Deux-Roses, Owen allait finalement périr exécuté, mais le premier pas au sein de la dynastie Plantagenêt était franchi. De fait, le statu d’Owen, l’officialisation de son lien avec la reine Catherine avait valeur d’accréditation, ce dont  les Tudor allaient désormais profiter. Owen mort, c’était à son fils aîné de faire son chemin ; ce qu’il fit en épousant Marguerite de Lancastre, petite-fille de Jean de Gand et descendante, par là même, d’Edouard III et donc des Plantagenêt. La filiation était parfaite et le fils né de leur union, Henri Tudor, allait pouvoir se prévaloir de l’héritage des Lancastre dont il sera bientôt le dernier représentant. Vainqueur de Richard III, et donc des York, à la bataille de Bosworth en 1485, Henri VII Tudor aura l’intelligence de mettre fin au conflit entre les deux familles en s’alliant avec le fille d’Edouard IV, également dernière représentante des York, doublant de fait sa propre légitimité puis celle de toute la dynastie Tudor.