L’énigme du Prêtre Jean

Le Prêtre Jean, d'après une gravure ancienne.
Le Prêtre Jean, d’après une gravure ancienne.

C’est dans le contexte des croisades que se situe initialement la légende du Prêtre Jean. En effet, alors que l’Europe est en plein affrontement avec l’islam, l’évêque Hugues de Gébal, en Syrie, vient à Rome et annonce au pape qu’un certain Jean, chrétien nestorien, tout à la fois prêtre et roi, vient de remporter de grandes victoires en Perse et s’apprête à marcher sur les Etats chrétiens d’Orient. Nous sommes alors en 1145 et le Royaume de Jérusalem est fragile face aux attaques des Seldjoukides. Un tel soutien, la chrétienté en rêve. Mais ce rêve a-t-il quelque fondement historique ?
De fait, il semble qu’en 1141, le fondateur de l’empire protomongol des Kara Kitaï, Yeliu Tache, après avoir soumis les Ottomans Karakhanides, battit près de Samarkand les troupes du sultan seldjoukide Sandjar. Et il est tout à fait possible que Yeliu Tache et certains de ses hommes aient été sous influence nestorienne, si ils n’ont pas été nestoriens eux-mêmes. Plus tard, on sait que les hommes de Gengis Khan subirent cette influence, Marco Polo parle dans ses écrits d’une communauté nestorienne en Chine…