La conquête arabe en Espagne : mythe ou réalité ?

Casque de cavalier arabe.
Casque de cavalier arabe.

On nous dit, on nous enseigne avec une belle unanimité depuis des années combien fut fascinante la civilisation musulmane en Espagne et combien instructif peut être l’exemple laissé par cette civilisation, si tolérante. Une tolérance dont l’Europe aurait bien fait de s’inspirer et une civilisation à laquelle elle doit tant… Mais si la fameuse conquête arabe n’était qu’un mythe ? Si la péninsule ibérique n’était devenue musulmane que parce qu’elle le voulait bien ? Si cette civilisation était plus celtibérique et wisigothique qu’arabe ? Tel est du moins l’opinion de certains historiens de renom qui n’hésitent pas à faire voler en éclats nos certitudes…
Au VIIe siècle, l’empire byzantin croule par pans entiers sous la poussée des Arabes. Entre les troupes d’Héraclius et les soldats de Mahomet, la bataille décisive s’engage le 20 août 636, dans la vallée du Yarmouk.
Conduites par un chef militaire prestigieux, Mo’âwya, les troupes arabes écrasent l’armée d’Héraclius, pourtant supérieure en nombre et en moyens militaires.
-Allâh et notre prophète Mahomet, s’écrie le fougueux Mo’âwya, sont les artisans véritables de notre victoire. Nos armes, à elles seules, auraient-elles pu vaincre l’immense empire byzantin ? Non, par Allâh ! Cette victoire, nous la devons, ô mes frères, à la force de notre foi ! Maintenant, le vaste monde est ouvert devant nous ! Plus rien n’arrêtera la marche triomphale de l’islam.