La machine humaine selon Taylor

Frederick Winslow Taylor (1856-1915).
Frederick Winslow Taylor (1856-1915).

Une chose est certaine : nul ne pourra accuser Frederick Winslow Taylor de n’avoir pas étudié à fond son  sujet. Issu d’une famille bourgeoise aisée, il commencera néanmoins à travailler comme simple ouvrier avant de prendre la fonction d’ingénieur. Inventeurs des aciers à coupe rapide, il devait se passionner pour la rentabilisation du temps et inventer, après 26 années d’études et pas moins d’un million de dollars d’investissement, le principe du taylorisme. Semblable au stakhanovisme, le taylorisme est tout bonnement l’application d’un temps donné pour un minimum de gestes, aboutissant à un maximum de rendement. Bref, le travail à la chaîne, calculé, minuté pour que chaque opération donnée ne dépasse jamais le temps imparti. Un système certainement fort rentable mais qui « sous couvert de la simplification et de l’économie de gestes », selon G. Friedmann, conduit tout simplement à un avilissement de l’être humain désormais réduit à le simple fonction d’une machine. Un système qui annihile toute initiative, tout besoin de connaissance professionnelle ou de qualification ; un système qui nie clairement la personnalité même de l’homme comme un être pensant.