La Navarre : d’un royaume à l’autre

Roncevaux : lorsque les Basques ébranlent le pouvoir carolingien (gravure du XIXe siècle).
Roncevaux : lorsque les Basques ébranlent le pouvoir carolingien (gravure du XIXe siècle).

Jamais les Romains n’avaient réussi, autrement que nominalement, à conquérir la Navarre. Pas plus que les Wisigoths ou encore les Francs. Charlemagne, certes, parvint à y établir une marche, mais les Navarrais -plus précisément les Basques et les Vascons- allaient sérieusement malmener les troupes carolingiennes, à Roncevaux d’abord (778) puis dans une série d’embuscades.
C’est vers 830 que se constitue le royaume de Navarre avec, à sa tête, Sanche Ier Garcia (905-925). Sous Sanche III, le royaume s’étend, du côté espagnol d’abord, en allant jusqu’à Tudela, sur la rive supérieur de l’Ebre, et du côté "français", dans la région de Saint-Jean-Pied-de-Port. Son successeur unit son royaume à l’Aragon, qui ne tardera guère à lui redonner son indépendance. En 1234, cependant, la Navarre entre de plein pied en royaume français lorsque l’héritier de la couronne n’est autre que Thibaut de Champagne. Une entrée remarquée et une entrée que les souverains français ne devaient pas oublier de récupérer. C’est ainsi que la fille de Thibaut et son héritière, Jeanne de Navarre, épouse, en 1284, Philippe IV le Bel. Cette politique matrimoniale, pourtant si évidente sur la papier et qui devait, définitivement, unir la Navarre à la France, sera le jouet des événements. Elle va perdre tout son intérêt dès la mort de Louis X le Hutin, héritier de sa mère.