Le massacre de la Saint-Barthélémy

La légende veut que ce soit Charles IX et sa mère, Catherine de Médicis, qui aient ordonné le massacre de la Saint-Barthélémy.
La légende veut que ce soit Charles IX et sa mère, Catherine de Médicis, qui aient ordonné le massacre de la Saint-Barthélémy.

Les guerres de religion qui opposent catholiques et protestants déchirent le nord et le sud de l’Europe depuis la première moitié du XVIe siècle. C’est une guerre idéologique dont le champ de bataille est passé de l’Allemagne de Charles Quint à la France des Valois. Depuis la mort d’Henri II en 1559, la France connaît une période de troubles. Les retournements d’alliance, les assassinats, les revirements du pouvoir royal font de ces dernières décennies du XVIe siècle des années de grande instabilité. Au moment où la royauté affirme l’unité de la foi catholique et condamne la Réforme, la communauté protestante se prépare à une résistance violente. Les affrontements, alors inévitables, sont livrés sans qu’un camp ne prenne réellement le dessus sur l’autre. Plusieurs paix et traités se succèdent. Le 19 mars 1563, l’édit de pacification d’Amboise met fin à une première guerre civile et accorde une certaine liberté de culte. Le 23 mars 1568, après une période troublée, la paix de Longjumeau rétablit la liberté de culte sans limites ni restrictions. Le 8 août 1570, la paix de Saint-Germain est signée, octroyant, pour deux ans, quatre places fortes aux protestants. L’heure semble être à la conciliation. Pourtant Catherine de Médicis, la mère du roi Charles IX, avait rencontré en 1564, à Bayonne, sa fille, épouse de Philippe II et le conseiller de celui-ci, le Duc d’Albe. Cette entrevue avait eu de quoi inquiéter les protestants dont le roi d’Espagne était un ennemi acharné. De plus, en mai 1568, Catherine se sépare de son conseiller le plus pacifiste : Michel de L’Hôpital. Ces deux événements paraissent, aujourd’hui, avant-coureurs du drame à venir.