Les jardins suspendus de Babylone

Les jardins suspendus de Babylone (d'après une reproduction antique).
Les jardins suspendus de Babylone (d’après une reproduction antique).

Si l’on ne sait avec précision qui fut le fondateur de Babylone et bien que l’on cite toujours, sans y croire, la légende de la belle déesse guerrière Sémiramis, la résurrection de la cité chaldéenne, elle, ne fait aucun doute : elle est le fait du grand souverain Nabuchodonosor II.
Pillée à plusieurs reprises lors de la domination assyrienne (Xe-VIIIe siècles avant J.-C.), Babylone subira un châtiment extrêmement sévère après une ultime révolte contre les Assyriens. Il faudra attendre la ruine de l’empire assyrien (VIIe siècle avant J.-C.) et l’avènement de Nabuchodonosor II pour qu’enfin la cité mésopotamienne retrouve son éclat passé. Devenue « l’ornement des royaumes, la fière parure des Chaldéens », selon le prophète Isaïe, Babylone apparut dès lors comme le symbole de la puissance de Nabuchodonosor II, qui en fit une des cités les plus somptueuses du temps, au point qu’Alexandre le Grand n’aura de cesse de la conquérir et d’en faire la capitale du nouvel Orient. Les jardins suspendus, notamment, feront rêver des générations d’auteurs antiques et d’archéologues. Voici la description que Diodore de Sicile donne de cette merveille du monde :