Les Lombards, le peuple des « longues barbes »

Les cavaliers lombards, d'après un manuscrit du Moyen Âge.
Les cavaliers lombards, d’après un manuscrit du Moyen Âge.

De tous les peuples germaniques qui déferlent sur l’Europe occidentale aux Ve et VIe siècles, les Lombards sont sans doute les plus mal connus. Pourtant, à la suite d’une « intégration » des plus réussie, ils vont même donner leur nom à une province italienne, la Lombardie. Plusieurs faits expliquent ce succès.
En 568, lorsque les Lombards se présentent aux portes de l’Italie du Nord, ils sont déjà connus des Romains, ayant combattu à leur côté contre les Ostrogoths. Qui plus est, à ce moment-là, la péninsule vient d’être ravagée par une épidémie de peste. Affaiblie démographiquement, politiquement et militairement, l’Italie n’a guère les moyens de résister à ces envahisseurs. Ces derniers vont d’ailleurs tout faire pour s’insérer dans le paysage du Nord de l’Italie, allant jusqu’à perdre leur langue, assez rapidement d’ailleurs. Une facilité d’adaptation qui vient probablement de leur origine même. Car le  « peuple » lombard n’est que depuis peu une réalité. Fruit de l’union  de différents peuples, parmi lesquels des Scandinaves installés en Pannonie (Hongie), des Noriques –Romains également établis en Pannonie-, des Saxons, des Thuringiens, les Lombards ont même inventés leur nom…