Les partisans d’Ali

Calligraphie du nom d'Allah (iconographie ancienne).
Calligraphie du nom d’Allah (iconographie ancienne).

Les conflits fratricides qui ensanglantent le Liban ou l’Irak aujourd’hui ont dévoilé aux yeux du monde occidental une guerre pluriséculaire entre les sunnites et les chiites. Sans, d’ailleurs, que l’on comprenne bien les raisons de cette lutte ou son origine. Elle apparaît aux lendemains même de la mort du Prophète (632), lorsque se joue la succession de Mahomet à la tête des croyants. Si Omar, Othman et Ali, tous trois fidèles compagnons du Prophète, revendiquent pareillement son héritage spirituel et politique, Ali a cependant un atout supplémentaire en tant que cousin et gendre de Mahomet. Une parenté spirituelle tout autant que familiale qui font de lui le successeur désigné du Prophète de l’islam. Du moins est-ce l’opinion d’Ali et de son épouse, Fatima. Une opinion que ne semblent pas partager les croyants qui désignent Omar puis Othman au rang de calife. Et ce n’est qu’en 656, qu’Ali accèdera enfin à cette charge.