L’homme de Neandertal : une brute épaisse ?

Statue de l'homme de Neandertal, désormais à l'entrée du musée national de la Préhistoire, aux Eyzies.
Statue de l’homme de Neandertal, désormais à l’entrée du musée national de la Préhistoire, aux Eyzies.

En 1856, près de Neander, en Allemagne, les archéologues mettaient au jour le crâne d’un homme préhistorique : l’homme de Neandertal. Apparu vers 100000 avant J.-C., il est assez semblable à l’Homo sapiens sapiens (c’est-à-dire nous) : il mesure 1m65 environ, a les muscles du dos et les pectoraux très développés, une mâchoire à peine plus allongée, un front incliné et un crâne plus allongé. Fondamentalement, il est donc très proche de l’homme « historique ». Pourtant, durant des années, il aura, y compris dans les milieux spécialisés, la réputation d’être une grosse brute primitive.

L’homme de Neandertal : une brute épaisse ?

Statue de l'homme de Neandertal, désormais à l'entrée du musée national de la Préhistoire, aux Eyzies.
Statue de l’homme de Neandertal, désormais à l’entrée du musée national de la Préhistoire, aux Eyzies.

En 1856, près de Neander, en Allemagne, les archéologues mettaient au jour le crâne d’un homme préhistorique : l’homme de Neandertal. Apparu vers 100000 avant J.-C., il est assez semblable à l’Homo sapiens sapiens (c’est-à-dire nous) : il mesure 1m65 environ, a les muscles du dos et les pectoraux très développés, une mâchoire à peine plus allongée, un front incliné et un crâne plus allongé. Fondamentalement, il est donc très proche de l’homme « historique ». Pourtant, durant des années, il aura, y compris dans les milieux spécialisés, la réputation d’être une grosse brute primitive.