L’homme est-il un animal comme les autres ?

Le pape Benoît XVI.
Le pape Benoît XVI.

L’homme est un animal. Mais n’est-il que cela ? Et n’est-il qu’un animal sexuel ? C’est ni plus ni moins la question que pose l’Eglise catholique depuis pas moins de vingt ans, depuis l’apparition du sida et la promotion du préservatif comme seul moyen d’échapper à cette maladie. Benoît XVI ne fait que réaffirmer la position de l’Eglise, celle de Jean-Paul II avant lui. Et comme son prédécesseur, voici que les foudres médiatiques s’abattent sur lui avec toujours le même discours, la même critique. Pourtant, on peut légitimement se poser la question de savoir qui des deux est le plus criminel : celui qui prône l’assouvissement de ses instincts, quel qu’en soit le prix ; ou celui qui prêche pour une sexualité dépassionnée ? Qui est le plus criminel : celui qui vante l’amour libre, consommable, multiple ; ou celui qui se fait le chantre de la fidélité ? Car c’est bien là la vraie question, le vrai débat pour l’Eglise catholique. Un débat que les sociétés civiles se refusent à admettre parce que la consommation -quelle soit sexuelle ou autre- prime sur tout ; parce qu’il semble aberrant de penser que les passions peuvent être maîtrisées… que l’on soit Européen ou Africain, Blanc ou Noir.