Marduk, le voleur de dons

Bas-relief du dieu Marduk.
Bas-relief du dieu Marduk.

Marduk. S’il est une divinité irrémédiablement associée à Babylone : c’est bien lui. Une divinité d’origine inconnue, ni sumérienne ni akkadienne comme le reste du panthéon babylonien ; une divinité dont l’aura sera telle, dans toute la Mésopotamie, qu’elle absorbera littéralement toutes les autres.
Dieu de la magie et de la divination, de la sagesse et de la fertilité, il est symbolisé par le très universel dragon-serpent, un être du monde souterrain, du monde des morts. De fait, les multiples attributs de Marduk, s’ils semblent provenir de l’absorption de diverses divinités locales faisant de ce dieu un véritable « vampire » divin, incitent également à voir dans Mraduk, a contrario, LA divinité, celle des origines. Le parallèle avec les déesses primitives grecques, scandinaves ou celtes est en effet frappant ; on y retrouve les mêmes caractéristiques. La multitude des dons et, parmi ces dons, la fertilité couplée à la mort, parfois –c’est le cas pour Marduk, à la divination. Marduk serait donc, plus qu’un voleur de dons, un gardien primitif, le souvenir d’un temps où la mort et la vie étaient si unies qu’elles ne faisaient qu’un…