Le supplice de Semblançay

Vous avez beau être le meilleur homme du monde et le plus honnête, note un chroniqueur anonyme, toutes ces vertus ne vous mettent guère à l’abri de la vindicte. Jacques de Beaune, seigneur de Semblançay a servi avec loyauté trois rois successifs, Charles VIII, Louis XII et François 1er. Surintendant des finances depuis 1518, il déploie toute son énergie pour assainir l’économie du pays. Rude besogne car il fallait, surtout sous le règne de François 1er, pourvoir à la fois aux exigences des guerres d’Italie et aux dépenses excessives de la cour. Un tel dévouement va précipiter sa ruine. Durant sa régence, la très rapace Louise de Savoie, ennemie déclarée de Semblançay, détourne l’argent destiné aux troupes du Milanais et accuse de ce forfait le malheureux surintendant.

De la cour au Carmel

Louise de la Vallière (1644-1710) entourée de ses enfants.
Louise de la Vallière (1644-1710) entourée de ses enfants.

Elle aima le roi et non la royauté et elle n’aima jamais que lui, disait Madame de Caylus de Mademoiselle de La Vallière.
On le sait, Louis XIV collectionna les maîtresses comme d’autres les papillons, pourtant, certaines plus que d’autres ont marqué les esprits. Parmi elles : Mademoiselle de La Vallière.
Orpheline devenue fille d’honneur d’Henriette d’Angleterre, belle-sœur de Louis XIV, fort séduisante bien que boitant légèrement, Louise de La Baume Le Blanc, duchesse de La Vallière, devient la maîtresse du roi dès 1661. D’abord tenue secrète, la liaison est publique en 1663 et le souverain n’hésitera pas à légitimer les deux enfants qu’elle lui donnera : Mademoiselle de Blois et le comte de Vermandois.
Conseillée par Bossuet et fervente catholique, la jeune femme tentera à plusieurs reprises de se soustraire au « bon plaisir » du roi en se réfugiant dans des couvents. Mais le souverain finissait toujours par la reprendre… jusqu’à ce qu’il ne s’y intéresse plus du tout. En effet, l’apparition de Madame de Montespan allait changer la « donne » de la cour pendant de nombreuses années. Humiliée, raillée même par son ancien amant, Louise de La Vallière entre le 2 juin 1674 au Carmel. Elle y restera jusqu’à sa mort en 1710.

Exit Essex !

Robert Devereux, comte d'Essex (1566-1601).
Robert Devereux, comte d’Essex (1566-1601).

La reine Élisabeth Ire avait près de soixante ans quand elle choisit pour nouveau favori le beau et jeune Robert Devereux, comte d’Essex, âgé de vingt-et-un ans.
Beau, fier et impétueux, Essex avait acquis un tel ascendant sur la souveraine qu’il se croyait tout permis. Et, en effet, Élisabeth semblait tout lui pardonner : son expédition avec Drake, alors qu’il n’y était pas autorisé, son mariage secret, l’abandon de la campagne contre Cadix et celui de son poste de gouverneur d’Irlande. La reine laissait tout passer, continuait à le couvrir d’honneurs malgré son insolence et son indiscipline.
Mais Essex alla trop loin : pour se venger de quelques jours de prison, conséquence de son abandon de poste en Irlande, le jeune comte se croit autorisé à lever quelque trois cents hommes et tente de soulever l’opinion contre la reine. Cette fois s’en est trop : Essex est condamné et exécuté pour haute trahison en février 1601.

Buckingham : pour les Normands

Georges Villiers, duc de Buckingham (1592-1628).
Georges Villiers, duc de Buckingham (1592-1628).

C’est en 1097 que Guillaume le Conquérant crée le titre de comte Buckingham -du nom d’une ville située au nord-ouest de Londres- afin de récompenser un de ses fidèles compagnons d’armes, Guatier Gifford, seigneur de Longueville. Normand de naissance, Gautier Gifford devient ainsi le premier comte de Buckingham, un titre qui sera conféré en 1377 par Edouard III à son fils avant qu’il ne devienne duc de Gloucester et qui passa par mariage à Humphrey Stafford, dans la famille duquel il resta jusqu’à l’exécution d’Edouard Stafford, favori renié d’Henri VIII en 1521. Or, les Stafford était d’origine normande, descendants de Robert de Tosny, lui aussi compagnon de Guillaume le Conquérant. Et étonnement, c’est encore pour un Normand que le titre devait être rétabli en 1617 par Jacques Ier Stuart pour récompenser son favori, Georges Villiers. Ce dernier sera élevé à la dignité ducale en 1623 puis créé lord amiral, fonction dans laquelle il s’enrichit de manière scandaleuse. Ambassadeur en Espagne où il devait négocier le mariage du prince de Galles avec l’infante, il fit échouer ce projet par son insolence et sa morgue et convint même le roi de déclarer la guerre à l’Espagne.

Watteau et l’art de l’insouciance

Désigné comme le « peintre des Fêtes galantes », Antoine Watteau incarne sans conteste la société frivole et insouciante de son époque ; la figure féminine représentative de tous ses tableaux, portant une robe aux larges plis ainsi qu’une coiffure relevée mais retombant sur le visage, restera très longtemps après sa mort, la référence en matière de mode féminine. Né à Valenciennes en 1684, Watteau se consacre très jeune à la peinture. À Paris, il effectue des débuts difficiles. Grâce à des maîtres comme Gillot et Audran ainsi qu’à son généreux mécène, le banquier Pierre Crozat, il s’initie à la peinture des grands maîtres flamands et italiens.

Le prince sans gloire

Portrait d'Antoine de Bourbon (1518-1562).
Portrait d’Antoine de Bourbon (1518-1562).

L’histoire peut être oublieuse, elle est également cruelle… Parmi ses victimes, se trouve Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, époux de Jeanne d’Albert, reine de Navarre, et qui semble n’avoir eu d’autre gloire que d’engendrer le plus populaire de nos rois : Henri IV. Contrairement à son épouse, Antoine de Bourbon, initialement protestant, se convertit au catholicisme et devint un des chefs de l’armée royale. Sa vie entière ne sera d’ailleurs que batailles et sièges, ce qui causera sa perte : il mourra le 17 novembre 1562, touché mortellement en assiégeant Rouen. Certains historiens, quelque peu plaisantins peut être, ajoutent qu’il était en train de satisfaire un besoin naturel quand il reçut cet ultime coup d’arquebuse. Cela lui aurait même valu cette épitaphe :
Ami français, le prince ici gisant,
Vécut sans gloire et mourut en pissant.

Charles IX : l’homme de la Saint-Barthélemy

Charles IX (1550-1574).
Charles IX (1550-1574).

Le règne de François II avait été marqué par la militarisation et la politisation du conflit religieux. Par sa radicalisation également, une radicalisation parfaitement illustrée par le célèbre massacre de la Saint-Barthélemy, qui apparaît comme l’événement majeur du règne de Charles IX.
Un règne qui, pourtant, avait commencé sous le signe de la modération. Les Guise ayant perdu leur toute-puissance avec la mort de François II, c’est Catherine de Médicis, mère du roi, qui assure la régence. En cela, elle se fait conseiller par Michel de L’Hospital, homme de compromis s’il en fut. La nomination d’Antoine de Bourbon au rang de lieutenant général du royaume, le colloque de Poissy ensuite apparaissaient comme des signes tangibles du désir de compromis de la régente. La paix d’Amboise et le traité de Saint-Germain seront également à mettre au compte de cette tentative –finalement vaine- de parvenir à une entente, tout comme le mariage de Marguerite de Valois, sœur du roi, avec Henri de Navarre, un des chefs du parti huguenot. Dès lors, comment croire à cette idée si répandue qui veut que le roi Charles ait été, autant que sa mère, un fanatique. Pourtant, Charles IX a bien été à l’origine de la Saint-Barthélemy… De fait, le roi n’a certainement pas désirer ce massacre. Par contre, il est vrai qu’il avait ordonné l’arrestation et la condamnation –donc l’élimination- des chefs protestants, pensant que, ces derniers, une fois éliminés, la guerre fratricide cesserait.

Cromwell l’implacable

Oliver Cromwell (1599-1658).
Oliver Cromwell (1599-1658).

En 1642, la révolution éclate en Angleterre. Le roi Charles Ier Stuart (1625-1646) a dressé contre lui le Parlement et le peuple qu’il accable d’impôts. Cette révolte va être menée par un chef alliant le génie militaire et la compétence politique, Cromwell.
Issu d’une famille de petits seigneurs, Oliver Cromwell va, durant la guerre civile, organiser puis diriger une armée parlementaire tout aussi disciplinée qu’implacable.
En 1646, les armées royales sont défaites et Charles Ier est en fuite. Livré par les Écossais, le roi est condamné à mort et exécuté le 30 janvier 1649, sous la pression de Cromwell qui reste alors seul maître de l’Angleterre, devenue un Commonwealth.

Louise de Savoie : la Dame de fer de la Renaissance

Louise de Savoie (1476-1531) et Marguerite d'Autriche (1480-1530).
Louise de Savoie (1476-1531) et Marguerite d’Autriche (1480-1530).

Il ne fait guère de doute que si son fils avait été moins célèbre, Louise de Savoie aurait eu une postérité dépassant largement celle qu’elle a aujourd’hui. Fille du duc de Savoie, veuve, à dix-huit ans du duc d’Angoulême, belle, intelligente, intrigante aussi, Louise de Savoie pèsera de tout son poids sur le règne de son fils, François Ier. A peine accède-t-il au trône qu’elle se fait octroyer le duché d’Angoumois ; c’est elle également qui assure la régence lors des guerres d’Italie, en 1515. Un rôle qu’elle aura à assurer à nouveau exactement dix ans plus tard après la défaite de Pavie, bataille au cours de laquelle le roi sera fait prisonnier par les troupes espagnoles. C’est alors elle qui négocie, avec habileté, il faut le reconnaître, la libération du souverain -en échange d’une rançon qu’elle "oubliera" de payer- ; elle également qui organise la ligue de Cognac contre l’Autriche ; elle enfin qui négocie avec la sœur de l’empereur la fameuse "paix des Dames". Autant de preuves de son talent, de diplomate, de négociatrice ; autant de preuves qui font oublier les excès dont elle se rendra coupable en tant que mère du souverain et en tant que régente. Car Louise de Savoie aimait l’argent. Elle l’aimait même tant qu’elle dilapidera les fonds initialement destinés à la guerre, un "fait d’armes" dont elle fera accuser Semblançay. Louise de Savoie était également orgueilleuse. Et elle l’était tant qu’elle provoquera la défection du connétable de Bourbon qu’elle poursuivait de sa vindicte depuis le jour où il avait refusé de l’épouser. Au passage, elle n’oubliera cependant pas de récupérer les terres du traître…

Galilée : martyr de l’Inquisition ?

Galileo Galilei, Galilée en français (1564-1642).
Galileo Galilei, Galilée en français (1564-1642).

Décidément, certains mythes ont la vie dure. Allez savoir pourquoi, on brode à souhait et depuis des siècles, sur l’obscurantisme de l’Eglise toujours prête à rejeter la science. La preuve : n’est-ce pas l’Inquisition qui a condamné Galilée ? Et pourquoi, je vous le demande ! Parce qu’il disait que la terre était ronde ! Evidemment, devant de tels arguments, on ne peut que taxer l’Eglise d’avoir été rétrograde et Galilée fait presque figure de martyr. Mais voilà, jamais l’Eglise n’a récusé le fait que la terre soit ronde –ce n’était d’ailleurs pas, mais absolument pas le propos de Galilée- et le pseudo « martyr »  n’en était pas un.
Galileo Galilei –Galilée en français- attire tout jeune l’attention de ses maîtres de l’université de Pise par l’ampleur de ses connaissances et l’originalité de ses recherches. Découvreur à 19 ans, inventeur d’une balance hypostatique dans la foulée, il devient, en 1589, soit à 25 ans à peine, professeur de mathématiques à Pise puis obtient, trois ans plus tard, la chaire de mathématiques de l’université de Padoue. Une fonction qu’il occupera pas moins de dix-huit ans.
On ne sait pas trop à quel moment il tiendra pour vrai les théories de Copernic, mais il est à peu près certains qu’il le fait définitivement siennes après la découverte des quatre satellites de Jupiter (1610). Une découverte d’ailleurs obtenue grâce à une lunette astronomique de sa fabrication.