Mustapha Kemal : un héritage perdu ?

Mustapha Kemal Atatürk (1881-1938).
Mustapha Kemal Atatürk (1881-1938).

Depuis la bataille de Lépante (1571), symbole du réveil de la résistance européenne à l’avancée ottomane, l’empire des sultans d’Istanbul ne cessait de perdre de son influence, de ses possessions. Au point qu’au XIXe siècle, Bismarck avait du intervenir pour enpêcher la Russie d’anéantir totalement la Turquie. De fait, au XIXe siècle, l’immense Empire ottoman n’est plus qu’un vague souvenir et les sultans ont toutes les peines du monde à conserver l’indépendance de la Turquie elle-même. En 1880, avec la création de l’administration de la Dette publique, l’économie turque passe presque entièrement sous la tutelle des Français et des Anglais. Une situation de quasi soumission qui, comme de juste, allait avoir quelques répercussions. La première sera le réveil de la puissance califale ou du moins son exaltation, avec pour but avouer de recréer l’unité autour de l’islam. Massacres contre les chrétiens, notamment les Arméniens, agitation des minorités, discrédit international : Abdul Hamid II avait tout faux. La gronde enflait, notamment dans les rangs de l’armée. Et c’est de là que va sortir, en 1895, le Mouvement des Jeunes Turcs qui mettent en place un sultan de pacotille et s’emparent du pouvoir –qu’ils exercent assez mal d’ailleurs- jusqu’en 1918.

Exécution de Mata Hari

Margaretha Zelle, plus connue sous le nom de Mata Hari et devenue durant la guerre l’agent H. 21, est fusillée le 15 octobre 1917.
D’origine néerlandaise, Mata Hari est, depuis 1905, célèbre dans le monde du spectacle pour ses fameuses danses de Java. Profitant de sa renommée, elle entretient de nombreuses relations dans les milieux politiques, militaires et diplomatiques. Et quand la guerre éclate en 1914, Mata Hari poursuit ses déplacements à travers l’Europe.

Les “colonnes noires” de Sherman

William Tecumseh Sherman (1820-1891).
William Tecumseh Sherman (1820-1891).

Il est des hommes célèbres, des guerriers, qui ne marquent les mémoires que par les ravages qu’ils ont fait. C’est le cas de Hoche, c’est également celui de Sherman.
Sorti de l’académie militaire de West Point en 1840, William Tecumseh Sherman consacre treize années de sa vie à la carrière militaire avant de se reconvertir dans le civil. Acteur de la pacification de la Floride, il contracte un "beau" mariage et devient banquier à San Francisco. Lorsque débute la guerre de Sécession, Sherman réintègre l’armée mais comme directeur de l’Académie militaire de Louisiane. Ce n’est qu’en 1863 qu’il reprend réellement du service en prenant la tête du 15e corps d’armée du Tennessee avec lequel il se distingue aux batailles de Vicksburg et de Chattanooga. En 1864, il est nommé commandant de l’armée du sud-ouest et c’est en tant que tel qu’il commet un premier fait d’armes malheureux : en septembre 1864, Sherman enlève la ville d’Atlanta aux armées sudistes et livre la ville aux flammes deux mois plus tard. Un épisode rendu célèbre par les images d’Autant en emporte le vent et qui fait entrer Sherman dans l’histoire.

Gordon Pacha : histoire d’un mercenaire

Charles Gordon, dit Gordon Pacha (1833-1885).
Charles Gordon, dit Gordon Pacha (1833-1885).

Charles Gordon, dit Gordon Pacha, bien que général de l’armée britannique, peut être considéré comme un véritable mercenaire (l’appât du gain en moins), mettant son épée au service des uns et des autres.
Entre 1863 et 1864, alors qu’il est au service de l’empereur de Chine, il mate la révolte des Taiping ; puis, dix ans plus tard, il est appelé à la rescousse par le gouvernement égyptien et soumet le Soudan oriental. Et c’est au Soudan que Gordon va consacrer la plus grande partie de sa carrière et de son intérêt : il maîtrise la révolte du Darfour et lutte contre le trafic des esclaves. Surtout, il se fait totalement adopter par la population soudanaise. Après un rapide séjour en Inde, Gordon Pacha, à la demande du gouvernement britannique, repart au Soudan pour mettre en place le rapatriement des Européens, menacés par la révolte du Mahdi.

La machine humaine selon Taylor

Frederick Winslow Taylor (1856-1915).
Frederick Winslow Taylor (1856-1915).

Une chose est certaine : nul ne pourra accuser Frederick Winslow Taylor de n’avoir pas étudié à fond son  sujet. Issu d’une famille bourgeoise aisée, il commencera néanmoins à travailler comme simple ouvrier avant de prendre la fonction d’ingénieur. Inventeurs des aciers à coupe rapide, il devait se passionner pour la rentabilisation du temps et inventer, après 26 années d’études et pas moins d’un million de dollars d’investissement, le principe du taylorisme. Semblable au stakhanovisme, le taylorisme est tout bonnement l’application d’un temps donné pour un minimum de gestes, aboutissant à un maximum de rendement. Bref, le travail à la chaîne, calculé, minuté pour que chaque opération donnée ne dépasse jamais le temps imparti. Un système certainement fort rentable mais qui « sous couvert de la simplification et de l’économie de gestes », selon G. Friedmann, conduit tout simplement à un avilissement de l’être humain désormais réduit à le simple fonction d’une machine. Un système qui annihile toute initiative, tout besoin de connaissance professionnelle ou de qualification ; un système qui nie clairement la personnalité même de l’homme comme un être pensant.

François-Joseph ou la fin des Habsbourg

Couronné à dix-huit ans François-Joseph va gouverner son empire pendant soixante-huit ans. Empereur d’Autriche et roi de Hongrie depuis 1867, il sera en butte, durant tout son règne, au nationalisme des minorités qui peuplent ses immenses territoires.
Échouant à imposer une politique absolutiste, y compris dans sa propre famille, l’empereur sera vivement touché par de très nombreux drames familiaux : exécution de son frère, Maximilien, au Mexique, suicide de son fils unique, Rodolphe, assassinat de sa femme, la célèbre Sissi, et enfin assassinat, à Sarajevo, de son neveu et héritier, l’archiduc François-Ferdinand.

Caroline de Brünswick : le dernier affront

Caroline de Brunswick (1768-1821).
Caroline de Brunswick (1768-1821).

Le nom sonne terriblement allemand et pourtant toute l’histoire de la princesse Caroline de Brünswick, qui fut reine de Grande-Bretagne et d’Irlande, va se jouer à la cour d’Angleterre. Certes, reine, elle le fut, mais sur le papier surtout…
Seconde fille de Charles-Guillaume de Brünswick et de la princesse Augsuta, sœur de Georges III d’Angleterre, Caroline avait été mariée, en 1795 au princes de Galles, le futur Georges IV. De cette union devait naître, l’année suivante, la princesse Charlotte, mais les deux époux, qui s’étaient toujours mal entendus, décidèrent de se séparer d’un commun accord. La conduite de Caroline, après cette séparation, allait donner lieu à de graves soupçons, à des scandales même, au point que la princesse, après s’être vu intenter un procès pour adultère, quitta l’Angleterre pour parcourir l’Europe. L’accession au trône de Georges IV, en 1820, allait changer quelque peu la donne. Georges IV lui offrit alors une rente annuelle de 50 000 livres à la condition qu’elle renonce à son titre de reine -et donc à ses prérogatives- et qu’elle ne foule pas le sol anglais. La proposition était tentante, pour ne pas dire plus, mais Caroline la refusa. Un second procès pour adultère s’ouvrit donc et Caroline, remarquablement défendue, parvint même à gagner à sa cause l’opinion publique.

Pauvre Maginot !

André Maginot (1877-1932).
André Maginot (1877-1932).

André Maginot est sous-secrétaire d’État à la guerre quand éclate le premier conflit mondial. C’est comme simple soldat qu’il part se battre. Il gagne ses galons de sergent et reçoit de graves blessures.
Dans l’entre-deux guerres, il devient ministre de la Guerre à deux reprises, de 1922 à 1924 puis en 1929 jusqu’à sa mort. C’est lui qui, le 4 janvier 1930, fait adopter une loi qui prévoit la construction d’une ligne fortifiée le long des frontières de l’Est et du Nord. Malheureusement, la fameuse « ligne Maginot », qui a coûté dix milliards de francs-or et derrière laquelle la France se croyait à l’abri, s’arrêtait… à la frontière franco-belge. Il sera donc très facile aux armées du IIIe Reich de la contourner sans coup férir.

L’épopée de Marie-Caroline

Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry (1798-1870).
Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry (1798-1870).

Veuve de Charles de Berry et mère du duc de Bordeaux, Henri, dernier espoir des légitimistes, Marie-Caroline de Berry accompagne Charles X dans son exil anglais en 1830. Cependant, contrairement à son beau-père, la jeune duchesse de Berry est loin de s’avouer vaincue : son fils a droit au trône de France et elle a l’intention de le reprendre à cet usurpateur de Louis-Philippe !
Elle met donc un plan au point, rallie ses partisans et débarque en Provence en 1831. Et l’aventure commence… mal ! Les Marseillais sont assez peu convaincus par l’enthousiasme de la duchesse de Berry : elle quitte donc rapidement la Provence et gagne la Vendée. Là, elle en est persuadée, la région toute entière marchera bientôt derrière elle. Mais Marie-Caroline semble oublier que les Français en ont assez des guerres et des luttes intestines : seuls quelques acharnés sont prêts à la suivre. Le 30 mai 1832, elle a cinq cents hommes sous ses ordres, conduits par Charette et La Roberie : ils se font massacrer…
L’insurrection a échoué, la duchesse de Berry est recherchée. Elle se réfugie à Nantes, où elle reste cachée pendant plus de quatre mois.

Petiot, le « Docteur Satan »

C’est dans le Paris de l’Occupation que se déroule le dernier des crimes célèbres de ce numéro. Une époque troublée qui va servir de théâtre aux fantasmes de l’un des plus grands criminels de l’histoire de France. L’histoire du docteur Petiot, si admirablement relatée dans le film éponyme, avec dans le rôle titre Michel Serrault, est étroitement liée aux événements de la Seconde Guerre mondiale, d’où la difficulté du sujet. Dans cet article, l’auteur relate les faits tels qu’ils nous sont connus mais trop de questions n’ont toujours pas trouvé de réponses.
Le 11 mars 1944, un habitant de la rue Lesueur prévient les pompiers ; un incendie semble s’être déclaré dans la cheminée d’un immeuble abandonné, au numéro 21 de cette rue cossue située dans le XVIe arrondissement. Une odeur pestilentielle de chair brûlée flotte dans l’air devenu irrespirable. Le propriétaire, un certain docteur Petiot, a été prévenu mais il tarde à venir. Les pompiers décident donc de pénétrer sans plus attendre dans l’immeuble.