Le dernier tsar de toutes les Russies…

Nicolas II (1868-1917).
Nicolas II (1868-1917).

À son arrivée sur le trône impérial de Russie, en 1894, Nicolas II se trouvait face à un pays en pleine mutation et déjà fortement agité par le vent de la révolution.
Relâchant le système fortement autocrate de son père Alexandre III, il établit un régime constitutionnel et accorde de nombreuses libertés (culte, association ou réunion) oubliées depuis de nombreuses années. Mais, tout comme Louis XVI avait été incapable de faire face avec énergie à l’émergence de la Révolution, Nicolas II était bien trop faible et effacé pour tenir tête aux extrémistes de gauche comme de droite.

Géorgie-Russie : le jeu du chat et de la souris

Vladimir Poutine (photo récente).
Vladimir Poutine (photo récente).

Les spécialistes de la géopolitique vous le diront : les tensions entre la Russie et la Géorgie ne datent pas d’hier. La quasi annexion, au début des années 1990, de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, des territoires séparatistes géorgiens, y sont pour beaucoup. D’où une succession d’escarmouches, de provocations, d’expulsions diverses. Mais si les spécialistes de géopolitique peuvent dirent beaucoup sur l’affrontement entre ces deux pays, les historiens également, car le jeu du chat et de la souris, les soumissions et la résistance, le protectorat et la révolte remontent à quelques siècles.
L’histoire commune de la Russie et de la Géorgie remonte au XVIIIe siècle. Coupée du monde chrétien depuis la prise de Constantinople par les Turcs (1453), la Géorgie devient, et pour trois siècles, un enjeu dans la lutte entre les Ottomans et les Perses avant que ces derniers ne confient son gouvernement à Teimourov II, issu de la dynastie des Bagratides. Réunificateurs de la Géorgie médiévale, vainqueurs de l’islam, les Bagratides avaient conduit la Géorgie à son apogée et l’avaient protégé de la poussée ottomane durant près de quatre siècles. Mais lorsqu’au XVIIIe siècle, leurs descendants accèdent au trône, l’âme des Bagratides semble s’être quelque peu émoussée.

Teresa Tallien, « Notre-Dame de Thermidor »

Madame Tallien (1773-1835) d'après une gravure d'époque.
Madame Tallien (1773-1835) d’après une gravure d’époque.

D’origine Espagnole, Teresa de Cabarrus est l’une des plus grandes figures de l’épopée révolutionnaire française.
À seize ans, son père la donne en mariage à un noble bordelais, Davis de Fontenay, dont elle divorce dès 1793, en pleine tourmente révolutionnaire. La belle Teresa, qui tentait de regagner l’Espagne, se retrouve alors en prison où elle fait la connaissance d’un jeune commissaire de la Convention, Jean-Lambert Tallien, qui fait d’elle sa maîtresse puis son épouse. Son influence sur Tallien est telle que Teresa instaure de nombreuses mesures de clémence, dont le « bureau des grâces » qui sauve de l’échafaud nombre de têtes, ce qui lui vaudra le surnom de Notre-Dame de Thermidor.
Après la Terreur, le couple Tallien regagne Paris où Teresa devient la reine des Merveilleuses, l’égérie des révolutionnaires. Mais, bientôt, son époux perd tout son pouvoir. Teresa s’en détache et devient la maîtresse du banquier Ouvrard avant d’épouser, en 1805, le comte de Caraman, futur prince de Chimay. Retirée dans son château de Chimay, Notre-Dame de Thermidor meurt le 15 janvier 1835.

La Petite Roquette : la prison des enfants

Afin de faciliter la rééducation des jeunes délinquants, on décide de les sortir des prisons pour adultes dans lesquelles ils étaient cantonnés.
Le 6 novembre 1836, Louis-Philippe inaugure la prison pour mineurs de la Petite Roquette. Destiné aux enfants de huit à vingt ans, ce pénitencier repose sur un système d’isolement total : dès 1839, les espaces collectifs comme les réfectoires et les ateliers disparaissent et la cellule de cinq mètres carrés reste leur seul lieu de vie.

Gordon Pacha : histoire d’un mercenaire

Charles Gordon, dit Gordon Pacha (1833-1885).
Charles Gordon, dit Gordon Pacha (1833-1885).

Charles Gordon, dit Gordon Pacha, bien que général de l’armée britannique, peut être considéré comme un véritable mercenaire (l’appât du gain en moins), mettant son épée au service des uns et des autres.
Entre 1863 et 1864, alors qu’il est au service de l’empereur de Chine, il mate la révolte des Taiping ; puis, dix ans plus tard, il est appelé à la rescousse par le gouvernement égyptien et soumet le Soudan oriental. Et c’est au Soudan que Gordon va consacrer la plus grande partie de sa carrière et de son intérêt : il maîtrise la révolte du Darfour et lutte contre le trafic des esclaves. Surtout, il se fait totalement adopter par la population soudanaise. Après un rapide séjour en Inde, Gordon Pacha, à la demande du gouvernement britannique, repart au Soudan pour mettre en place le rapatriement des Européens, menacés par la révolte du Mahdi.

Grèves : le retour en arrière

Affiche appelant à la grève (document actuel).
Affiche appelant à la grève (document actuel).

En 1868, le congrès de l’Internationale, qui se déroulait à Bruxelles, tout en rappelant que la grève est souvent utile, voire même nécessaire, déclarait clairement qu’elle ne pouvait, en aucun cas, être le  seul moyen d’assurer l’émancipation des travailleurs.
De fait, la grève n’était alors qu’un phénomène relativement récent. Inexistante dans les civilisations anciennes, presque inconnue au Moyen Age où l’on favorisait les règlements de conflits à l’amiable, notamment grâce au système corporatif, ce n’est qu’au XVIe siècle que le phénomène allait réellement voir le jour. Sévèrement réprimées sous l’Ancien régime, interdites par la loi Le Chapelier de 1791 puis par le code Napoléon, les grèves allaient tout naturellement prendre leur essor parallèlement à celui de l’industrialisation, se durcir au rythme de la dégradation des conditions de travail. Ce n’est donc pas sans de bonnes raisons que ces mouvements de protestations ouvrières vont ponctuer la seconde moitié du XIXe siècle et, surtout, le XXe siècle.

Ford : pour que l’automobile soit toujours un plaisir !

Henry Ford (1863-1947), d'après un  dessin original.
Henry Ford (1863-1947), d’après un dessin original.

"Mettre l’Amérique sur les roues" : tel était le rêve d’Henry Ford. Fils d’un fermier irlandais émigré aux Etats-Unis, apprenti horloger, monteur dans une usine de machines agricoles, ingénieur électricien, Henry Ford construit son premier modèle automobile en 1892-1893. Un modèle, désigné sous le sigle A qui, comme les suivants d’ailleurs (B, C, F, K, N, R, S et bien sûr le modèle T), n’avait rien de particulièrement révolutionnaire. Mais un modèle qui, comme tous ceux de la Ford Motor Co, avait pour but essentiel de faire de l’automobile un bien de consommation courant. Et c’est là que réside la révolution de Ford. Entre 1908 et 1927, ses usines vont produire pas moins de 15 millions de véhicules. Point de luxe, d’options particulières, de couleurs hardies -Ford mettra des années à se décider à créer des modèles de couleurs différentes-  : mais des véhicules capables, comme ceux qui faisaient le bonheur de la classe la plus riche, de rouler, tout simplement. En Europe, Renault, Citroën, Fiat, Austin, ou encore Morris devaient marcher sur les pas de l’Américain, avec le même succès. Et l’Occident de se couvrir de véhicules. Et les Occidentaux de devenir de parfait conducteurs-consommateurs.

Création des assignats

À la fin de l’année 1789, la France a une dette publique de quatre milliards deux cent soixante-deux millions. Le comte de Mirabeau et Talleyrand-Périgord, évêque d’Autun, suggèrent à l’Assemblée de confisquer les biens ecclésiastiques puis de les mettre en vente au profit de l’État. En échange, celui-ci se charge d’assurer les frais du culte ainsi que l’entretien du clergé. L’Assemblée se rallie à cette proposition et, en décembre 1789, met en vente des « bons gagés », les assignats, sur les biens du clergé.
L’assignat devient rapidement une véritable monnaie de papier, mais sa trop grande profusion et la fabrication de faux qui inondent rapidement le marché lui font perdre toute sa valeur. La dette ne fait alors qu’augmenter…

Le PCF : chronique d’une mort annoncée

Sigle du Parti communiste.
Sigle du Parti communiste.

L’imbroglio politique dans lequel la France est plongée depuis quelque temps ne manque pas d’en étonner plus d’un. Divisions au sein du PS, qui va bien finir par opérer une scission ; création du Modem et d’un centre droit affilié à l’UMP ; multiplication des listes –dans l’espoir de gagner quelque argent- à la veille des législatives… A croire que le monde politique français est devenu fou ! Ce n’est pourtant pas la première fois que la politique française opère de profondes mutations : René Rémond, décédé peu avant les élections présidentielles, avait fait sa réputation en explorant l’évolution de la droite –ou plutôt des droites- en France. Initialement monarchiste, regroupant Ultras, les Orléanistes –monarchie constitutionnelle- et les bonapartistes, celle-ci était devenue républicaine et libérale, repoussant la gauche vers les mouvements socialiste et communiste. Naturellement, en fonction du paysage politique lui-même, en fonction également des événements nationaux et mondiaux, les partis politiques sont amenés à évoluer. C’est de cette évolution également que sont nés les partis socialistes et communistes, scindant en deux une idéologie originellement commune. L’histoire va révéler une certaine évolution du Parti socialiste, contrairement au Parti communiste, dont les principes paraissaient immuables. Comment expliquer, alors, la lente érosion du Parti communiste et, aujourd’hui, sa quasi disparition ?

Adieu vieille Europe !

Armes de la Serbie à l'époque de Pierre Ier.
Armes de la Serbie à l’époque de Pierre Ier.

20 juin 1389 : les troupes ottomanes, conduites par le sultan Mourad Ier, remportent une  victoire sans précédent sur les Serbes et les Bulgares chrétiens. Une victoire qui met fin à l’indépendance serbe ; une victoire qui annonce la domination ottomane sur cette région du monde ; une victoire, enfin, qui a pour nom Kosovo Polié ou bataille du Champ des Merles. Suivra l’annexion de plusieurs provinces européennes au joug ottoman ; l’avancée jusqu’à Vienne même, au XVIe siècle, avec en représailles l’installation de Serbes chrétiens au Kosovo et, en réponse, l’albanisation intensifiée et l’islamisation de cette même région.
17 février 2008 : l’histoire se répète. La victoire, là encore, a pour nom Kosovo ; et là encore, elle annonce une avancée sans précédent de l’islam en Europe. Une différence, et de taille, pourtant : l’indifférence générale dans laquelle se déroule se fait historique. La bénédiction même de l’Europe qui entonne ici son chant funèbre. A force de nier ses racines, de refuser toute référence à une civilisation commune, l’Europe s’est encartée dans un système économique –d’ailleurs déficient- qui ne risque guère de soulever les foules ; plus, même, elle s’est donnée le rôle du fossoyeur en enterrant, avec ses propres deniers, toute idée de culture commune. Alors :
Adieu vieille Europe,
Que le diable t’emporte !