Villegaignon au Brésil

Nicolas Durand de Villegaignon (1510-1571) atteint la baie de Rio de Janeiro le 10 novembre 1555, avec ses trois vaisseaux : l’expédition a pour but de chasser les Portugais du Brésil et de faire de ce pays la «France antarctique». Les pionniers français sont, en majorité, des « têtes brûlées » recrutées dans les prisons de Rouen ou de Paris et Villegaignon a toutes les peines du monde à se faire obéir. Abandonné par ses hommes, le chef de l’expédition se réfugie à Fort-Coligny puis à Henryville.
En réponse à ses appels au secours, l’amiral de Coligny envoie quelques protestants, espérant ainsi fonder une communauté réformée. Mais l’arrivée du contingent huguenot, en 1557, va compliquer encore plus la position de Villegaignon qui échoue à diriger la colonie.
De retour en France, il est attaqué aussi bien par les catholiques que par les protestants. À sa mort, en 1571, le Brésil est entièrement sous le contrôle des Portugais depuis 1560.

Le Cardinal fait justice

François-Auguste de Thou (1607-1642).
François-Auguste de Thou (1607-1642).

Le règne de Louis XIII, et donc celui de Richelieu, fut marqué par des complots incessants de la noblesse de cour, visant à se défaire du cardinal, avec, pour éternel second rôle, Gaston d’Orléans, frère du roi. Le dernier complot est celui du marquis de Cinq-Mars, favori du roi Louis XIII, qui se laissera entraîner, avec son camarade de Thou, dans l’ultime rébellion du duc d’Orléans. Mais le 11 juin 1642, le complot est démasqué, les coupables arrêtés. Richelieu lui-même les conduit à Lyon pour qu’ils soient jugés et le 12 septembre 1642, Cinq-Mars et de Thou comparaissent devant la commission chargée de les juger. Il suffira d’une heure aux juges pour décider de la sentence. Tête nue et à genoux, ils entendent l’arrêt : convaincus du crime de lèse-majesté, ils sont condamnés à avoir la tête tranchée.
Vers cinq heures du soir, on vient les chercher en carrosse pour les conduire à la place des Terreaux, lieu désigné pour l’exécution. Tous deux marchent bravement à l’échafaud. Ils discutent même pour savoir qui va mourir en premier : Cinq-Mars prétend que c’est à lui, parce qu’il est plus coupable, de Thou parce qu’il est le plus vieux. Un père jésuite tranche alors la question en disant à de Thou :
-Il est vrai, monsieur, vous êtes le plus vieux, vous devez être aussi le plus généreux…

La bataille d’Agosta

L'amiral Michel de Ruyter (1607-1676).
L’amiral Michel de Ruyter (1607-1676).

La révolte de Messine contre les autorités espagnoles, en 1676, est le prétexte tout trouvé pour Louis XIV de s’opposer encore à l’Espagne. C’est également l’occasion pour Duquesne d’affronter, une fois de plus, l’amiral hollandais Ruyter, venu soutenir les Espagnols. Après quelques combats, les navires ennemis s’opposent, de nouveau, à Agosta, le 22 avril 1676.
Le choc est terrible. Les deux chefs se retrouvent face à face. « Bientôt on vit quelque chose d’extraordinaire se passer sur La Concorde. Son feu chancela, elle vira de bord à la faveur des nuages épais que formaient, de part et d’autres, les canonnades. Ruyter vient de tomber, frappé à mort. ».

Henri VIII : la voix de l’hérésie

Henri VIII Tudor (1491-1547).
Henri VIII Tudor (1491-1547).

Le 23 mai 1533, l’archevêque fraîchement désigné de Canterbury, Thomas Cranmer, préside le tribunal qui prononce le divorce d’Henri VIII, roi d’Angleterre, avec Catherine d’Aragon. La raison officielle ? La reine, déjà veuve du frère d’Henri, Arthur, était donc, aux yeux de l’Eglise, incestueuse. Mais la raison officieuse était, bien sûr, que Catherine avançait en âge et que sur les six enfants qu’elle avait donnés au roi, seule une fille avait survécu. Le spectre d’un royaume tombant en quenouille se profilait. Accessoirement, Henri avait également une remplaçante toute trouvée pour tenir la place de Catherine d’Aragon, sa maîtresse, Anne Boleyn. Le roi avait certes tenté de passer par la voix officielle mais Rome s’obstinait à lui refuser cette annulation de mariage, malgré l’argument d’inceste. Le jugement de 1533 était donc sensé forcer la main de Clément VII, qui répondra, l’année suivante, par une excommunication. Dès lors, Henri tente le tout pour le tout et publie, en 1534, l’Acte de suprématie qui accorde au roi et à ses successeurs le titre de « chef unique et suprême de l’Eglise d’Angleterre ». C’est l’acte de naissance officiel de l’anglicanisme.

Les pèlerins du Mayflower

Partis le 16 décembre 1620 du port de Southampton, il suffit de quelques mois aux «pères pèlerins» embarqués à bord du Mayflower pour atteindre la baie de Cap Cod, le 21 décembre de la même année. Calvinistes anglais aux mœurs puritaines, ils ont quitté un pays qu’ils jugeaient peu orthodoxe, avec la ferme volonté de créer une communauté totalement fidèle aux enseignements de la Bible.

L’entrevue de Couzières

Louis XIII et sa mère lors de l'entrevue de Couzières (gravure du XIXe siècle).
Louis XIII et sa mère lors de l’entrevue de Couzières (gravure du XIXe siècle).

En s’emparant d’un pouvoir qui lui revient de droit, Louis XIII le retire à sa mère et n’hésite pas à la retenir prisonnière. La fuite de la reine mère, aidée du duc d’Épernon, en février 1619, laisse pressentir une nouvelle guerre qui sera finalement évitée grâce à Richelieu… Cependant cette paix et la relative tranquillité du souverain ont un prix : Marie de Médicis reçoit le gouvernement de l’Anjou, conserve tous ses revenus, voit ses dettes payées et le duc d’Épernon reçoit cinquante mille livres pour compenser la perte de la ville de Boulogne, prise par les armées royales.
Puis, pour confirmer cette paix, les deux partis décident de se rencontrer : l’entrevue de Louis XIII et de sa mère a lieu à Couzières, le 4 septembre 1619. On raconte que la reine se serait écriée en voyant le roi :
-Dieu mon fils, je vous trouve grandi !
Ce à quoi le roi Louis XIII répondit aimablement :
-Ma mère, j’ai crû pour votre service.

Buckingham, l’ange salvateur de La Rochelle

Le duc de Buckingham (28 août 1592, Leicestershire – 23 août 1628)
Le duc de Buckingham (28 août 1592, Leicestershire – 23 août 1628)

Tout le monde connaît le duc de Buckingham, devenu, grâce à la plume d’Alexandre Dumas, un noble séducteur. Mais, Buckingham, favori de Charles Ier d’Angleterre, sera surtout pour la France un provocateur hors-pair : sous prétexte de soutenir les protestants français, il arme quatre-vingt-dix vaisseaux et, le 20 juillet 1627, paraît en rade de La Rochelle, qui lui refuse d’ailleurs le passage ! Le duc de Buckingham ira donc se réfugier sur l’île de Ré, où il sera assiégé… Quant aux Rochelois, qu’il prétendait secourir tel l’ange salvateur, ils seront obligés de lui fournir armes et vivres durant les quatre mois de siège. Après quoi, Buckingham, honteux, refait voile vers l’Angleterre abandonnant La Rochelle, assiégée par les armées royales, à son triste sort…

Le massacre de la Saint-Barthélémy

La légende veut que ce soit Charles IX et sa mère, Catherine de Médicis, qui aient ordonné le massacre de la Saint-Barthélémy.
La légende veut que ce soit Charles IX et sa mère, Catherine de Médicis, qui aient ordonné le massacre de la Saint-Barthélémy.

Les guerres de religion qui opposent catholiques et protestants déchirent le nord et le sud de l’Europe depuis la première moitié du XVIe siècle. C’est une guerre idéologique dont le champ de bataille est passé de l’Allemagne de Charles Quint à la France des Valois. Depuis la mort d’Henri II en 1559, la France connaît une période de troubles. Les retournements d’alliance, les assassinats, les revirements du pouvoir royal font de ces dernières décennies du XVIe siècle des années de grande instabilité. Au moment où la royauté affirme l’unité de la foi catholique et condamne la Réforme, la communauté protestante se prépare à une résistance violente. Les affrontements, alors inévitables, sont livrés sans qu’un camp ne prenne réellement le dessus sur l’autre. Plusieurs paix et traités se succèdent. Le 19 mars 1563, l’édit de pacification d’Amboise met fin à une première guerre civile et accorde une certaine liberté de culte. Le 23 mars 1568, après une période troublée, la paix de Longjumeau rétablit la liberté de culte sans limites ni restrictions. Le 8 août 1570, la paix de Saint-Germain est signée, octroyant, pour deux ans, quatre places fortes aux protestants. L’heure semble être à la conciliation. Pourtant Catherine de Médicis, la mère du roi Charles IX, avait rencontré en 1564, à Bayonne, sa fille, épouse de Philippe II et le conseiller de celui-ci, le Duc d’Albe. Cette entrevue avait eu de quoi inquiéter les protestants dont le roi d’Espagne était un ennemi acharné. De plus, en mai 1568, Catherine se sépare de son conseiller le plus pacifiste : Michel de L’Hôpital. Ces deux événements paraissent, aujourd’hui, avant-coureurs du drame à venir.

Le coup de Jarnac

Un rapide coup de rapière et Jarnac touche son adversaire au jarret : Vivonne s’effondre… mort.
Il aura suffi d’une simple botte pour que le duel du 10 juillet 1547 entre Guy de Chabot, seigneur de Jarnac, et François de Vivonne, seigneur de La Châtaigneraie, passe à la postérité. Suite à son  fameux « coup de Jarnac », Guy de Chabot peut rendre grâce à Dieu d’avoir vu sa cause reconnue. Ce coup d’éclat fera de lui un maître d’armes recherché.

La « journée des barricades »

L'assassinat d'Henri de Guise, d'après une gravure moderne.
L’assassinat d’Henri de Guise, d’après une gravure moderne.

Depuis son avènement, en 1574, Henri III tente de rétablir la paix dans le pays, déchiré par les guerres de religion. Mais, à la mort de son frère, le duc d’Alençon, en 1584, l’héritier du trône de France devient le protestant Henri de Navarre.
Dès lors, la Sainte Ligue, fondée par le très catholique duc de Guise, se déchaîne : c’est le début de la «guerre des trois Henri» (Henri de France, Henri de Navarre et Henri de Guise). Et, le 12 mai 1588, la «journée des barricades», organisée à Paris par la Ligue, oblige le roi à fuir la capitale. Cette défaite, bientôt suivie des États généraux de Blois où la Ligue domine complètement, conduit le souverain à décider l’élimination du duc de Guise, qui est assassiné, le 23 décembre 1588. La réponse des ligueurs viendra un peu plus tard : le 31 juillet 1589, Henri III est assassiné à son tour…