Hanovre : entre Allemagne et Angleterre

Georges V de Hanovre (1819-1878).
Georges V de Hanovre (1819-1878).

Avant d’être annexé par la belliqueuse Prusse en 1866, le duché de Hanovre, bordé par les Pays-Bas d’un côté, la mer du Nord de l’autre et l’Elbe du troisième, était une terre riche et convoitée. Riche parce qu’elle était par nature un lieu de passage ; convoitée parce qu’une telle richesse ne pouvait que faire des envieux.
Territoire des Chérusques -que les Romains échouèrent à soumettre-, des Lombards et des Chauques, Hanovre fut ensuite largement occupé par les Saxons. Intégré au duché de Bunswick, l’Etat de Hanovre ne se constitua qu’après la réunion, au Moyen Âge, de plusieurs principautés issues des diverses branches de la famille de Brunswick. Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’Ernest-August, duc de Brunswick-Lüneburg, obtint de l’empereur Léopold Ier un acte qui lui conférait, à lui et à ses descendants mâles par ordre de primogéniture, la dignité électorale. Un acte qui unifiait les quatre provinces de Lüneburg, Kalenberg, Göttingen et Grubenhagen et qui donnait à ce nouvel Etat une véritable indépendance.
Marié à Sophie, fille de l’électeur palatin et petite-fille de Jacques Ier Stuart, Ernest-August avait également acquis quelques droits possibles à la succession de la couronne d’Angleterre. Poursuivant la politique indépendantiste, unioniste et matrimoniale de son père, Georges-Louis devait unir à ses domaines le reste de l’ancien duché de Brunswick en épousant Sophie-Dorothée, qui en était l’héritière.

L’Irlande crie famine

En août 1845, apparaît le pire ennemi des Irlandais : le phytophthora infestans, un champignon qui putréfie littéralement les pommes de terre. Et, alors que la récolte de 1845 s’annonçait excellente, elle est réduite à néant par cette redoutable maladie…
Le gouvernement britannique, qui contrôle l’Irlande depuis le XVIe siècle, tente faiblement d’enrayer le désastre. Le 6 novembre 1845, il décide l’importation de maïs depuis les États-Unis mais refuse de renouveler l’opération les années suivantes. L’Irlande sombre dans une terrible famine, qui fait près d’un million et demi de morts entre 1845 et 1850.
C’est à cette époque que les Irlandais, fuyant la misère de leur pays, émigrent massivement en Angleterre et, surtout, aux États-Unis, où ils formeront l’une des communautés les plus agissantes du pays. Ce qui fera dire plus tard à Jefferson que les « États-Unis sont fille de la misère ».

Dans l’enfer d’Hiroshima

L'explosion de la bombe atomique, d'après une iconographie récente.
L’explosion de la bombe atomique, d’après une iconographie récente.

Nous sommes le 6 août 1945. Il est 8h15 et le colonel Tibbets, de l’armée américaine, sait qu’il va accomplir un acte historique. A bord de l’Enola Gay se trouve la première bombe atomique. Une bombe qu’il s’apprête à lâcher sur la ville portuaire d’Hiroshima. Par cette action, les Etats-Unis espèrent mettre un terme à près de trois ans de lutte avec l’Empire du Soleil levant. Stoppée nette dans son élan conquérant à la bataille de Midway, l’armée nippone luttait pied à pied depuis 1942. Mais rien, ni son acharnement, ni même les actions des « Kamikase » -du nom d’un typhon qui sauva le Japon de l’invasion mongole au XIIIe siècle, ne semble devoir enrayer l’avancée américaine qui, bientôt, encercle l’archipel. Après la capitulation de l’Allemagne, en mai 1945, et alors que les Etats-Unis sont désormais à même de concentrer toutes leurs forces sur ce dernier îlot de résistance, il semble que la reddition du Japon ne soit plus qu’une question de temps. Mais les Américains s’impatientent et le Japon résiste, refusant, dans un dernier baroud d’honneur, la reddition sans condition réclamée par la Proclamation de Postdam (26 juillet 1945). Truman prend alors une décision terrible et ordonne l’utilisation de la première bombe nucléaire. Hiroshima sera la cible, ses habitants les cobayes pour ce premier essai grandeur nature.

Tradition et religion : la grande confusion

Rachida Dati, Garde des Sceaux de la République française.
Rachida Dati, Garde des Sceaux de la République française.

Depuis bientôt une semaine, l’affaire fait la « Une » des médias. Politiques et sociologues, écrivains et philosophes sont invités à s’exprimer sur le sujet et multiplient, à l’occasion, les poncifs les plus grossiers. De fait, l’annulation d’un mariage civil à Lille remet en cause les certitudes des politiques –sans pour autant qu’ils le reconnaissent d’ailleurs- et pose une multitude de questions –auxquelles personne ne veut vraiment répondre.
Deux interventions, à 24 heures d’intervalle, donnent une idée de la pensée prédominante. Elisabeth Badinter, invitée d’une émission télévisée matinale, déclarait, le 7 juin dernier, que ce genre d’attitude rétrograde –à savoir le désir d’épouser une jeune fille vierge- était le fait de fondamentalistes et de fondamentalistes de toutes religions, précisait-elle. Le lendemain, Edouard Balladur faisait un parallèle entre cette affaire et un mariage catholique dans lequel un des époux, après avoir affirmé le contraire à l’église, refuserait d’aller à la messe le dimanche. Pourrait-on y voir une cause d’annulation ? Du point de vue civil, évidemment non…

Le Ku Klux Klan sème la terreur

Le 2 novembre 1871, à la Nouvelle-Orléans. Vêtus de blanc, le visage dissimulé par une cagoule, les hommes du Ku Klux Klan s’emparent de deux cent quatre-vingt-dix-sept Noirs qu’ils exécutent sans autre forme de procès. Avec les homosexuels, les femmes de mauvaise vie, les catholiques et les Juifs, ils sont les cibles préférées de ceux que l’on appelle les « Klansmen ».

Le complot du général Malet

Général Claude François de Malet (1754-1812).
Général Claude François de Malet (1754-1812).

Bonaparte n’est plus ! Le tyran est tombé…!
Le 23 octobre 1812, à trois heures du matin, le général Malet, conspirateur connu de l’empereur, s’évade de la maison de santé où il est interné suite à un complot fomenté quatre ans auparavant. Aidé de ses compagnons d’internement, il annonce la mort de Napoléon Ier, alors en Russie. Profitant du choc provoqué par cette nouvelle, il s’empare de tous les postes-clefs de la capitale. Puis il annonce l’installation d’un nouveau régime. Mais, dans la matinée, Malet est fait prisonnier par le gouverneur de Paris, moins crédule que les autres.

La machine humaine selon Taylor

Frederick Winslow Taylor (1856-1915).
Frederick Winslow Taylor (1856-1915).

Une chose est certaine : nul ne pourra accuser Frederick Winslow Taylor de n’avoir pas étudié à fond son  sujet. Issu d’une famille bourgeoise aisée, il commencera néanmoins à travailler comme simple ouvrier avant de prendre la fonction d’ingénieur. Inventeurs des aciers à coupe rapide, il devait se passionner pour la rentabilisation du temps et inventer, après 26 années d’études et pas moins d’un million de dollars d’investissement, le principe du taylorisme. Semblable au stakhanovisme, le taylorisme est tout bonnement l’application d’un temps donné pour un minimum de gestes, aboutissant à un maximum de rendement. Bref, le travail à la chaîne, calculé, minuté pour que chaque opération donnée ne dépasse jamais le temps imparti. Un système certainement fort rentable mais qui « sous couvert de la simplification et de l’économie de gestes », selon G. Friedmann, conduit tout simplement à un avilissement de l’être humain désormais réduit à le simple fonction d’une machine. Un système qui annihile toute initiative, tout besoin de connaissance professionnelle ou de qualification ; un système qui nie clairement la personnalité même de l’homme comme un être pensant.

La Chine en vient “aux poings”

Prêtre chinois au XIXe siècle (gravure d'époque).
Prêtre chinois au XIXe siècle (gravure d’époque).

Les Boxers ou "confrérie des poings". C’est sous ce nom que l’on désigne un vaste mouvement de révolte anti chrétien qui embrasse la Chine entre 1898 et 1900. Désireux de "délivrer la Chine du nord des démons qui usurpent la place du Ciel en poussant les Chinois à adhérer au christianisme", comme le proclame cet extrait d’un texte affiché à Pékin en 1899, les Boxers "aux pouvoirs surnaturels" sont recrutés parmi les jeunes gens de la Chine du Nord, en pleine récession, et parmi les bateliers, inaptes à suivre les nouvelles techniques de navigation. De fait, les "étrangers", notamment les chrétiens, font ici office de boucs émissaires. Un rôle largement relayé auprès de la population par les élites chinoises qui peinent à justifier leur manquement. Un rôle sensé faire oublier la gêne de la population chinoise, perdue dans un monde en pleine mutation.
En fait, c’est la modernité que rejettent les Boxers, les religieux occidentaux n’en étant guère que les "représentants" les plus visibles et les plus proches du peuple. Déjà, en 1830, les Jésuites avaient fait les frais de l’opposition à la pénétration européenne. Une pénétration qui apparaît jusqu’au cœur du pouvoir, les Jésuites étant particulièrement écoutés des empereurs Ming. Cette fois, c’est du pouvoir lui-même, et plus précisément de l’impératrice Tseu-Hi, que viendra le signal de la révolte… et du massacre.

Le baccalauréat

Quand, en mars 1808, Napoléon Ier crée le baccalauréat, l’épreuve consiste uniquement en une traduction orale d’un texte latin. Dès 1820, on ajoute une épreuve écrite, toujours de latin, et trois interrogations orales sur la philosophie, la rhétorique et aussi l’histoire. Tout au long du XIXe siècle, le baccalauréat évolue dans ses statuts, mais ce n’est que le 6 décembre 1902 que sa forme moderne est adoptée.
En effet, la nouvelle réforme crée quatre sections : latin-grec (A), latin-langues (B), latin-sciences (C) et langues-sciences (D),

Roy Bean : l’Amérique à deux visages

Photo du
Photo du "juge" Roy Bean (1825-1903)..

Si un pays n’est pas maître de son histoire, au moins a-t-il la possibilité de l’accepter. Il semble qu’aux Etats-Unis, on n’en soit pas encore là car, si les westerns se sont fait les vecteurs d’une histoire idéalisée et erronée, le désir de repentance, si à la mode dans le monde occidental fait désormais passer les conquérants de l’Ouest pour un ramassis d’assassins sans envergure. Sans doute y a-t-il eu autant de brigands que d’aventuriers, tous assoiffés par le désir de découverte ou simplement de richesses, mais la conquête de l’Ouest a également révélé quelques figures atypiques dont l’histoire mérite d’être retenue. Ainsi en est-il du redoutable Roy Bean, barman, juge et passer maître dans l’art de « rouler les gens dans la farine » !
Originaire du Kentucky, c’est accompagné de ses deux frères que Roy Bean se lance dans l’aventure de l’Ouest américain. Et c’est entre la Californie et le Nouveau-Mexique qu’il exercera ses nombreux talents. Ses frères aussi d’ailleurs, l’un en tant que maire et propriétaire de saloon et l’autre comme shérif… et propriétaire de saloon. Avant de marcher allègrement sur les traces de ses augustes prédécesseurs et d’embrasser la carrière de juge et de barman, Roy Bean va se faire un devoir d’apprendre à connaître la loi… en la détournant, bien sûr.