Ravachol, le fauve de l’anarchie

Au cours du mois de mars 1892, deux bombes, visant des magistrats ayant récemment condamné des anarchistes, explosent à Paris. Il n’y a pas de mort mais cinq blessés dans le deuxième attentat, dont une petite fille de quatre ans. La capitale est sous le choc !
Pour la police, il ne fait pas de doute que le fin mot de l’histoire se trouve dans les milieux anarchistes : elle arrête certains sympathisants et apprend l’existence d’un certain Léger. D’allure plutôt bourgeoise, il serait originaire de Saint-Étienne. Aussitôt la police communique à la presse le signalement du suspect qui est arrêté, alors qu’il exposait ses théories au restaurant Véry, quelques jours plus tard. On apprend alors que l’auteur des attentats, car il le reconnaît bien volontiers, s’appelle en fait Ravachol et qu’il est teinturier. Dans sa maison de Saint-Mandé, on découvre un arsenal impressionnant.

Paris-Lille en 2 minutes !

Le télégraphe de Chappe.
Le télégraphe de Chappe.

La communication par signaux lumineux ou acoustiques existe depuis la plus haute antiquité mais c’est le Français Chappe qui va entreprendre de développer le télégraphe et réaliser ainsi une avancée considérable dans ce domaine. Le 12 juillet 1793, malgré les réticences de certains membres de la Convention, Chappe expérimente son télégraphe aérien de Ménilmontant à Saint-Martin-du-Tertre. Le principe est simple : il s’agit de mâts équipés de bras mécaniques.
Bientôt la France se couvre de ces télégraphes et il ne faut pas plus de deux minutes pour transmettre un message de Paris à Lille…

Louis Renault et les débuts de l’industrie automobile

Louis Renault (1877-1944).
Louis Renault (1877-1944).

En ces jours où le salon de l’automobile fait grand bruit, une histoire, celle de Louis Renault, mérite d’être rappelé. A cela, il faut voir plusieurs raisons : l’histoire de l’automobile française a débuté grâce à quelques passionnés tels que Louis Renault (1877-1944) ; et, à cause du procès –juste ou non- qu’il lui a été fait, la pierre qu’il a apporté à l’édifice de cette industrie a trop souvent été occulté voir banalisé.
Mécaniciens amateurs, Louis et son frère Marcel aménagent un atelier dans la maison de leurs parents à Billancourt et y mettent au point, en 1898, leur première voiture. L’année suivante, ils fondent l’usine Renault Frères et accaparent alors le marché des taxis parisiens et londoniens ; ils augmentent ainsi leur production rapidement et construisent le tank Renault.

Les omnibus parisiens

L’histoire de l’omnibus remonte au XVIIe siècle. En effet, dès 1662, sur l’initiative de Pascal, le duc de Roannez et les marquis de Sourches et de Crénan sont autorisés, par lettres patentes, à fonder une entreprise de location de carrosses qui « feraient toujours les mêmes trajets de Paris, d’un quartier à l’autre et partiraient toujours à des heures réglées… ».
C’est ainsi que les « carrosses à cinq sols » naquirent. L’idée ne dura qu’un temps mais fut reprise à Londres puis à Nantes et finalement à Paris où, en janvier 1828, Baudry, après avoir exploité l’idée avec succès à Nantes, obtient la permission de faire rouler les toutes premières voitures sur les boulevards.

Comme un poisson dans l’eau…

>Robert Fulton (1765-1815).
Robert Fulton (1765-1815).

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que l’on vit les unités de marines de France, des États-Unis ou encore d’Allemagne se doter d’une nouvelle « arme » : le sous-marin.
Et pourtant, dès 1798, l’Américain Robert Fulton, mécanicien visionnaire, faisait naviguer son fameux Nautilus dans la rade de Brest. Équipé d’une voile, pour la navigation en surface, et d’une hélice, activée par un matelot, pour la plongée, le fameux Nautilus n’eut cependant pas l’heur de plaire à la France ni aux États-Unis et Fulton abandonna son projet. Il se concentra alors sur la construction d’un bateau à vapeur et à roue qui, le 9 août 1803, remontait la Seine. Mais, déçu par la France qui, une fois de plus, ne voulait pas de son invention, Fulton reprit le chemin de l’Amérique où son bateau à vapeur se répandit rapidement.